Agence immobilière en Normandie : Vente DOMAINE BORD DE MER - GITES - CHAMBRES D'HOTES - Fécamp 76440

Vente DOMAINE BORD DE MER - GITES - CHAMBRES D'HOTES - Fécamp 76440

Prix : 496 000 € (Honoraires inclus) Réf : 1365
 

cliquez sur les images pour les agrandir

CE BIEN VOUS EST PROPOSÉ PAR :



Votre contact (dp) : Mme PEROT Catherine -

 

A vendre ,  maison de caractère équipée de Gîtes et chambres d'hôtes, proche de Fécamp 76400 .

 

Votre Agence immobilière , 76460 Saint Valéry en Caux ,  vous présente au cœur du pays de Caux, cette demeure de caractère.

 

Cette propriété vous propose :

 

  • 6 chambres d’hôtes .
  • Un gîte indépendant avec 2 chambres.
  • Une habitation préservée, sur un terrain paysagé de 3000 m² env.
  • Piscine chauffée.
  • Sauna.
  • Jacuzzi.
  • Salle de fitness.
  • Véranda.

 

Partie privative:

 

  • Entrée sur grande pièce à vivre de 70 m².
  • Cuisine aménagée et équipée.
  • 2 chambres.
  • Salle de bains.
  • WC.

 

Terres et Demeures de Normandie, votre Agence Immobilière, Fécamp 76400, Seine-Maritime, vous invite à découvrir cette résidence de vacances proche de Fécamp et Etretat, à 2 heures de Paris par l'autoroute

 

Accès routiers :

 

Fécamp se situe entre  Rouen et Le Havredans le pays de Caux, sa situation géographique bénéficie du passage de l'autoroute A150 (tronçon nord), raccordée à l'autoroute A29 desservant Amiens , Caen , Dieppe. Pour venir de Paris vous prendrez l’autoroute A13.

 

Accès  ferroviaire :

 

La gare SNCF du Havre est desservie par les trains partant de Paris St Lazare -Rouen.

 

Fécamp est une commune française située dans le département de la Seine-Maritime en régionNormandie. Fécamp se trouve dans la valleuse de la Valmont, au cœur du pays de Caux, sur la côte d'Albâtre. Ancien port morutier sur le littoral du pays de Caux, la commune est située à environ 40 km au nord du Havre.

 

Histoire

 

Le nom est attesté dès 875 dans l'expression latine super fluviaux Fiscannum, puis Fiscannus en 990 Fisco Campo en 1020.

La ville s'est vu décerner le label « Villes et pays d'art et d'histoire ».

Gaule indépendante et romaine

Durant l'époque romaine, une voie reliant Fécamp à Étretat passait à l’actuel lieu-dit du Fond Pitron. L'actuelle D 940 a repris le tracé de cette voie romaine. Une sépulture féminine, qui a pu être datée à partir de la découverte sur le site d'un silique d'Eugène (392-394), a été découverte en 1872, à l’ancien emplacement du couvent des capucins ou plus exactement un espace compris actuellement entre les rues Louis Pasteur, Léon Degenetais, Charles le Borgne et Jules Ferry. D'après le mobilier, il s'agirait de la tombe d'une femme de l'aristocratie germanique que les archéologues ont surnommée « sépulture des Capucins ». L'hypothèse de la présence d'une garnison germanique installée par le pouvoir romain dans le cadre du Litus Saxonicum a été avancée10.

 

Moyen Âge

 

  • Au VIIe siècle, saint Léger (en latin Leodegarius, du germanique Leudegari cf. les leudes du roi des Francs) est déporté à Fécamp, il est accueilli dans le premier monastère qui était alors une abbaye aux dames. On dit qu'il y recouvra la parole. Autour du palais ducal roman, des témoignages de l'époque carolingienne ont été retrouvés (monnaies et fondations de deux chapelles).
  • Au IXe siècle, les Vikings ravagent la région- et détruisent le monastère, dont on dit que les nonnes vont se mutiler volontairement le visage, pour échapper au « deshonneur ». Après 911 (Traité de Saint-Clair-sur-Epte), la région autour de Fécamp devient une zone d'implantation massive des Nortmanni comme le prouve la toponymie.
  • Au début du XIIIe siècle, l'église est achevée sous l'abbatiat de Raoul d'Argences. En 1202, Jean sans Terre accorde un régime communal à Fécamp. Peu de temps après la ville est annexée au royaume de France par Philippe-Auguste.
  •  

Palais Bénédictine

 

Le palais Bénédictine est un édifice mêlant les styles néo-gothique et néo-renaissance, construit à la fin du XIXe siècle à Fécamp pour Alexandre-Prosper Le Grand, négociant en spiritueux et qui a fait fortune en inventant et commercialisant la liqueur Bénédictine.

L'édifice a été construit sur les plans de l'architecte Camille Albert (1852-1942), par le constructeur Ernest Baron avec des matériaux et des techniques locales.

Il contient un musée présentant diverses collections (ivoires ouvragés, pièces de monnaie, serrures, tableaux religieux anciens…), mais aussi la distillerie proprement dite, ainsi que ses caves.

Imprimer Contactez-nous Voir barème d' honoraires